Le PRODAC « libère » les détenus

Des milliers de détenus sur la voie de la réinsertion. Les Domaines Agricoles Communautaires (DAC) vont servir de milieux d’incubation et de formation dans les métiers de production.

Le Directeur de l’Administration pénitentiaire le Colonel Daouda DIOP vient de signer un protocole de convention avec le Coordonnateur National du PRODAC Jean Pierre SENGHOR pour améliorer les conditions de vie des prisonniers.

Ce partenariat a pour but de contribuer à la création massive d’emplois afin de préparer les détenus à la réinsertion sociale.  A ce titre, les détenus des établissements pénitentiaires pourront bénéficier dans les DAC ou en dehors des DAC, d’espaces aménagés où ils pourront s’adonner à des activités de production mais aussi se former à devenir de véritables entrepreneurs agricoles.

Le Colonel Daouda DIOP qui révèle que près de dix mille détenus sont enregistrés par l’administration pénitentiaire dans les différentes prisons du pays, considère que « les DAC vont permettre d’améliorer  la vie dans les Maison d’Arrêt et de Correction (MAC).

Les différentes activités opérationnelles prévues en application de cette convention s’exécuteront dans les DAC et dans les fermes des établissements pénitentiaires.

Le Programme National des Domaines Agricoles Communautaires (PRODAC) se chargera d’accompagner la Direction de l’Administration Pénitentiaire (DAP) à former les détenus pour leur assurer une réinsertion dans la vie active, au terme de leur peine.

Les fermes des prisons vont aussi servir d’incubateurs et/ou de site de production de différentes spéculations pour approvisionner les MAC avec l’accompagnement technique du PRODAC et la mise à disposition d’intrants (semences, engrais, produits phytosanitaires).

Le Coordonnateur National du PRODAC indique que ce partenariat est déjà mis en œuvre dans le DAC de Séfa où une quarantaine  de détenus s’occupe de l’entretien des champs.

Comments are closed.